Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les agoras d'ailleurs

Marcel Conche sur France-Culture

23 Mars 2010 , Rédigé par grossel Publié dans #J.C.G.

du 11 novembre 2009

Marcel Conche sur France-Culture

Du lundi 22 mars au vendredi 26 mars, dans le cadre de l'émission de Laure Adler, Hors-Champs, de 22H 15 à 23 H, Marcel Conche s'entretient avec ses invités, le 22 avec Laure Adler, le 23 avec Jean-Claude Grosse, le 24 avec André Comte-Sponville, le 25 avec son petit-fils, le 26 avec Laure Adler. Ces entretiens peuvent être podcastés.
Bonne écoute.
M.A.-Garandeau.jpgLaure Adler, Marcel Conche
 © RF / M.-A. Garandeau
M.-A.-Garandeau.jpg
    Marcel Conche, Jean-Claude Grosse
 © RF / M.-A. Garandeau

M.-A.-Garandeau.jpgMarcel Conche, André Comte-Sponville
 
© RF / M.-A. Garandeau

RF-MA-Garandeau.jpg  © RF / M.-A. Garandeau

  La voie certaine vers "Dieu"

de Marcel Conche,

philosophie,

ISBN: 978-2-35502-007-0  13X17   64 pages   10 euros

 


Avec la morale et la religion, on est dans l’élément de la certitude : indubitabilité du devoir (dans une situation donnée), conviction sans faille que l’amour doit, autant que possible, inspirer notre vie – amour du « prochain », qui est aussi, par là-même, amour de « Dieu », pour ceux qui attribuent au mot « Dieu » une signification. Ainsi, dans La voie certaine vers « Dieu », le mot « Dieu » peut désigner quelque chose de réel, ou quelque chose d’idéal, ou ne rien désigner du tout, mais qu’il en soit ainsi ou autrement, c’est chose indifférente.

 

Le 27 janvier 2008 à 9 H 55, salle Tolosa à Toulouse,


Marcel Conche
a exposé son point de vue lors d'un colloque de deux jours :
Demain avec ou sans Dieu ? Croyants et incroyants s'interrogent.
 
Titre de son intervention :
La voie certaine vers "Dieu".

Argument:
Il y a deux voies pour aller vers Dieu: la voie du concept et la voie de l'image. La voie du concept aboutit au Dieu-concept, celui des philosophes, des théologiens, des savants. Le Dieu-concept n'est qu'une fiction de la raison humaine. La voie de l'image part de l'homme comme "image de Dieu" et aboutit au vrai Dieu, le Dieu qui n'est qu'amour. On ne dit pas qu'il soit réel. La route du moulin est toujours la même, même s'il n'y a plus de moulin. La voie vers "Dieu" est certaine, quoi qu'il en soit de Dieu. C'est la voie de l'amour inconditionnel. Je définis la religion de l'époque de la mondialisation, la religion de l'avenir.
M. Conche

Les 4 Saisons du Revest, à la demande de Marcel Conche, ont filmé son intervention pour la mettre à disposition sur l'espace de grossel chez dailymotion, comme d'autres vidéos de Marcel Conche déjà disponibles.



Marcel Conche-vers "Dieu"2

envoyé par grossel

Dans cette 3° partie, Marcel Conche explore les applications de la religion universelle de l'amour inconditionnel de tous les humains.

ACTUALITÉ D’UNE SAGESSE TRAGIQUE
(La pensée de Marcel Conche)
de Pilar Sánchez Orozco
 Préface d’André Comte-Sponville.
ISBN: 2-908387-81-6 -  352 p. -   16,5x24 -  40€

Un extrait:

Comment vivre ? Comment avoir une bonne vie ? Ni la science ni la morale ne peuvent nous donner la réponse, car, bien que la première nous donne des connaissances sur le monde et la vie, et bien que la seconde nous informe de nos devoirs envers les autres, aucune des deux ne nous dit si cela vaut la peine de vivre, ni de quelle façon. Mais, puisque nous vivons, la question ne peut cesser de nous intéresser, et la philosophie ne peut cesser de se la poser. C’est en effet la question à laquelle l’éthique et la sagesse tentent de donner une réponse, comprenant que, d’une part, elles évoluent dans un domaine du savoir distinct de celui de la connaissance et que, d’autre part, elles vont plus loin que la morale.
Nous sommes à un moment où les grands discours traditionnels, telles que les grandes religions, les utopies politiques ou les cosmologies anciennes, ont perdu leur crédibilité. Nous évoluons dans un monde désenchanté et sans grandes espérances, où même la notion de sagesse peut paraître quelque peu anachronique. Nous vivons à une époque qui n’est pas encore sortie de la crise métaphysique et qui, par conséquent, dans l’absence d’une vision métaphysique nette, a beaucoup de difficultés à trouver une cohérence entre un énoncé éthique et une nouvelle vision métaphysique pas encore configurée, car la méfiance à l’égard de la métaphysique traditionnelle et ses fausses illusions semble avoir discrédité toute tentative de métaphysique. Par conséquent, comme beaucoup, nous évoluons habituellement dans le relativisme du pluralisme éthique : sans critère clair pour nous définir personnellement, comme si tout dépendait finalement des circonstances plus que de nous-mêmes. Mais le problème est que de toute façon, nous devons vivre et, si possible, trouver une réconciliation avec « la réalité » telle qu’elle est. Nous savons que cette réalité est problématique, en un double sens : premièrement au sens immédiat de la réalité commune, où nous rencontrons des problèmes vitaux auxquels nous devons répondre ; mais aussi en un second sens « métaphysique ». Et la sagesse, telle que l’entend Conche, implique un mode de vie en cohérence avec une compréhension métaphysique déterminée. Comment trouver une cohérence avec quelque chose qui n’est pas clair ? À partir de la défense d’un pluralisme philosophique, il est possible d’accepter différents modèles de sagesse. Mais, comme nous ne vivons qu’une vie, un choix vital et intellectuel s’impose en même temps à chaque individu.
L’on dit souvent que la philosophie est l’amour de la sagesse. Mais Conche ne voit pas les choses exactement ainsi. Il croit que l’objet ou la finalité de la philosophie n’est pas la sagesse, mais simplement la vérité. Pour chercher la vérité, et ne s’intéresser qu’à la philosophie, en laissant de côté une grande quantité d’intérêts « mondains », il est nécessaire d’avoir déjà, préalablement, beaucoup de sagesse. Autrement dit, la sagesse est une condition de la philosophie, et peut-être est-ce la raison pour laquelle les philosophes sont « rares ».


Ce portrait de Marcel Coche est dû à Jean Leyssenne.






 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article