Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les agoras d'ailleurs

La maternelle, école de la vie…

14 Septembre 2008 , Rédigé par Jean-Claude Grosse Publié dans #Nathalie Rocailleux

LA TRIMESTRIELLE
de l’Association Familiale Laïque TRANSITION

Le mot du poète:
Ayoub 3 ans regarde  sa  maman qui se brosse les cheveux: « maman tu as les cheveux qui tombent ? », « oui tu vois !», « alors maman tu es l’automne ! »

Mesdames, Messieurs, chers adhérents,

Nous sommes heureux de vous transmettre la Trimestrielle N°1 de l’A.F.L. TRANSITION. Vous y trouverez des articles concernant les différentes actions que nous menons pour et avec les familles.
Des articles de spécialistes touchant aux domaines de l’éducation, de la psychologie, de la scolarité, des modes d’accueil de la petite enfance et de l’enfance, de la puériculture, du droit des familles, des services offerts aux familles, du pouvoir d’achat, du logement, des questions de société, des  lois concernant la protection des plus  vulnérables…
Mais aussi et surtout, nous vous proposons un espace d’expression dans une rubrique consacrée à vos courriers.
Toute notre équipe vous souhaite une excellente rentrée 2008 et une très bonne lecture.

 
LA MATERNELLE, ECOLE DE LA VIE…

Votre «  tout(e) petit(e) » est « déjà grand(e) » : il ou elle vient de rentrer en maternelle ! c’est émouvant,  parfois un peu inquiétant….

L’ECOLE ! Combien de représentations mettons-nous derrière ce mot, combien de souvenirs, bons ou mauvais ? Lorsque c’est au tour de notre enfant d’y entrer, tout cela se ravive.
Mais que savons-nous de l’école ? Nos ressentis d’enfance, ce que peuvent nous raconter nos amis, les reportages vus à la télévision sont des expériences singulières, et ne peuvent suffire à appréhender ce qui fonde l’école aujourd’hui.
Les grands principes de l’école de la république, école Laïque, gratuite pour tous, garantissent que c’est un espace « de connaissances » et non « de croyances » (qui doivent rester dans l’intimité familiale). Et tous les enfants ont droit à la connaissance : connaissance des règles de vie qui font la société, apprentissages fondamentaux. Notre école se doit de garantir l’égalité des chances. Mais LA MATERNELLE permet avant tout l’habituation aux rythmes collectifs tout en demeurant très attentive aux rythmes intimes et aux besoins particuliers de chaque enfant. La maternelle est encore affaire de maternage où l’ apprentissage principal est « le VIVRE ENSEMBLE » et la médiation des règles par le langage. Surtout pendant la récréation, lieu où l’enfant va enfin essayer d’établir tout seul des relations avec un autre enfant ou un petit groupe. Ces premiers apprentissages demandent de la vigilance de la part de tous les adultes ensemble, parce que ces relations sont fragiles et doivent permettre à l’enfant de s’épanouir dans son rapport aux autres, de tâtonner sans nuire et sans qu’on lui nuise.
En pédagogie, l’école maternelle met l’accent sur le langage, d’abord oral mis très vite en lien avec le langage écrit à travers la lecture de livres et les contes, l’écriture de la date et de la météo au tableau. Ce sont autant de notions, avec la maîtrise du temps et de l’espace, qui sont décrites dans le « guide pratique des parents » transmis en début d’année par les enseignants.

Plus le parent sera rassuré et confiant dans sa relation co éducative et mieux l’enfant s’épanouira dans ce milieu essentiel à sa vie.  Il n’y a pas d’un côté ceux qui savent et de l’autre ceux qui ne savent pas : les parents connaissent mieux leur enfant dans la sphère intime, les enseignants connaissent mieux l’enfant social et apprenant. Ce n’est parfois pas « le même enfant » mais il est essentiel que ces « multiplicités » se rassemblent en un seul par l’échange et le dialogue, et que l’enfant soit compris par les adultes qui le guident.

LE COIN DES LECTURES
Pour aider l’enfant à mieux connaître, s’approprier l’école et en saisir le sens
   

Pourquoi lire des histoires aux enfants ?

Le bébé est très sensible à la voix et au visage de ceux qui l’entourent et la parole entendue permet au tout petit de s’approprier la musique de la langue. Les premières productions sonores de l’enfant, souvent imitées en jouant avec l’adulte sont une manière d’exprimer son intérêt pour celles-ci. Grâce à ces expériences, le bébé déploie lentement ses capacités à construire ses premières significations qui vont s’ancrer dans une soif de rythmes nourrie par les événements de sa vie (les repas, le sommeil, la présence et l’absence de la mère) mais aussi à travers les comptines, les berceuses, les histoires. Vers 10  mois, bébé pointe du doigt ce qui l’intéresse et partage avec l’adulte l’ouverture sur le monde extérieur, d’un regard conjoint. L’enfant montre, l’adulte nomme et reconnaît la pensée de l’enfant, les deux s’ajustent pour se comprendre.
Si on regarde un livre illustré ensemble, c’est une belle occasion de nommer ce que l’on regarde, permettant à l’enfant de s’approprier les mots de la langue. Puis vient le temps de raconter des histoires, de lire des textes pour lesquels l’enfant commence à comprendre le sens  en étant d’abord attaché à la musique de la parole,  ce qui lui permettra de découvrir le sens des mots, puis qu’une histoire veut dire quelque chose et cela rend le livre très attirant pour le bébé.
Entre 2 et 3ans c’est l’age d’or pour lire des histoires à voix haute, faire découvrir le plaisir des récits et aiguiser leur appétit et curiosité. Entre 3 et 5 ans c’est la langue du récit, un langage raconté, une langue plus structurée qui exprime la pensée avec des mots différents du langage quotidien, qui permet parfois de se comprendre à « demi mot » dans une situation vécue ensemble. Dans les livres les enfants trouveront des alliés pour mieux jouer avec la réalité, avec les limites, à ce qui est « pour de vrai » ou « pour de faux».

LA  PAUSE PARENTS

3 établissements vous accueillent :BRIGNOLES TOULON OLLIOULES

Des gestes  pour prendre soin de l’enfant:
Monique et Jacqueline, toutes deux infirmières puéricultrices expérimentées dans l’accompagnement des jeunes parents guident les gestes de soin dans une approche très individualisée et adaptée à votre enfant. Elles accueillent les jeunes parents avant la naissance de leur enfant et dès la sortie de la maternité. Toutes deux spécialisées dans les premières relations mère-enfant, elles accompagnent l’allaitement et le sevrage en douceur à votre rythme.

Eduquer sans violence « pour humaniser » :
Les psychologues sont présents sur tous les ateliers et répondent aux besoins des parents et enfants présents. La psychanalyse a montré que l’éducation contrainte, le « dressage du corps de l’enfant » n’était pas nécessaire pour l’aider à devenir un citoyen respectable et respectueux. Pire, la violence éducative est le lit des violences sociales et des conduites à risque des adolescents.

Des lois et du cadre pour « civiliser » :
Cependant, il ne faut surtout  pas confondre non-violence éducative avec laxisme. L’enfant a besoin de repères et de limites cadrantes pour se construire. Pour cela, il a besoin que les règles soient dites par l’adulte et souvent répétées. Ce n’est que lorsqu’elles sont bien comprises que l’enfant peut tenter de les transgresser. Face à cela le parent doit être ferme et appliquer des mesures éducatives qui amèneront plus tard  l’enfant à comprendre le lien qu’il y a entre Loi et Liberté. Pour cela il faut que la loi soit valable pour tous. Sinon, c’est la loi du plus fort qui s’applique et c’est la dictature.

Un exemple :
L’enfant n’a pas le droit de mordre parce que cela fait mal, et parce qu’au bout de la chaîne, il n’aura pas le droit de tuer ni de contraindre le corps d’un autre : l’interdit s’impose donc et il est impératif que l’adulte ne passe pas de message paradoxal :par exemple,  mordre l’enfant pour l’empêcher de mordre est tout à fait nuisible au message que l’on veut faire passer : à la place de « personne n’a le droit de faire mal à personne » on fait passer « tu auras le droit de faire mal quand tu seras fort et grand » : paradoxe qui peut avoir de lourdes conséquences y compris sur les conduites à risque à l’adolescence…

LES MASSAGES POUR BEBE
Jeunes parents, venez vous initier aux baby massages tous les lundis et vendredis à 10h et 15h à TOULON, jeudis à BRIGNOLES et mardis à OLLIOULES.
Ateliers gratuits pour les adhérents
Pause parents : 04.94.92.74.21
 
l
FORMATIONS POUR LES PROFESSIONNELS
« BABY MASSAGES ET BIENTRAITANCE »
prochaine session novembre 2008



LE CENTRE AXIOME
Un centre de psychologie appliquée à Toulon


Le centre de psychologie appliquée « Axiome », nouvel établissement de l’AFL TRANSITION, ouvrira le 15 septembre au 1er étage du 13 pl Bidouré à Toulon. (au dessus de la Pause Parents de Toulon). Il accueille des enfants qui ont besoin d’un bilan psychologique complet (intellectuel- affectif- de personnalité- cognitif) ou plus ciblé. Le centre AXIOME permettra de partir des  « diagnostics » pour travailler en lien avec les parents et les équipes enseignantes afin de construire un véritable projet personnalisé pour l’enfant (scolaire, périscolaire, familial, médicosocial).
Le centre assure également les suivis psychologiques des enfants et des familles. Ces consultations sont  individuelles ou/et familiales (selon les besoins évalués).

Des psychologues POUR TOUS
Si les enfants  ne rentrent pas dans des dispositifs particuliers, les familles peuvent prendre rendez vous auprès de notre secrétariat et bénéficieront de bilans et de consultations à un tarif aligné sur le Quotient Familial, c’est à dire en fonction des revenus de la famille.
Les enfants rentrant dans un parcours particulier tel que le Programme de Réussite Educative et orientés par les Mairies et écoles,  bénéficient d’une prise en charge totalement gratuite.

DANS TOUS LES CAS, LES BILANS ET CONSULTATIONS RESTENT SOUMIS AU SECRET PROFESSIONNEL ET NE SONT COMMUNIQUES AUX PARTENAIRES QUE PAR LA FAMILLE OU AVEC SON ACCORD PREALABLE.
Pour prendre rendez-vous : 04 . 94. 92. 74. 21.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bulletin d’adhésion
En adhérant, vous prenez des décisions et élisez vos représentants dans la politique familiale du Var et Nationale

Cotisation simple : de 1 à 20 € ( selon revenus)
Cotisation de soutien : de 20 à 100 €
Cotisation de bienfaiteur : 100 € et plus

Nom :…………………… . ..…prénom……………………………
Adresse :……………………………………………………………..
Tel et @mail : …./…./…./…../…./………………..@....................
Dates de naissance des enfants :



L’A.F.L. TRANSITION a été reconnue d’intérêt général. A ce titre, elle accepte les dons et délivre une attestation fiscale qui permet de déduire 70% du don ou de la cotisation de vos impôts.

Renseignements auprès d’Evelyne au 04.94.92.74.21.
AFL TRANSITION,13 Pl BIDOURE  83200 TOULON


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article