Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les agoras d'ailleurs

Histoire du mémorial de Cyril Grosse au Baïkal

18 Juin 2017 , Rédigé par grossel Publié dans #pour toujours

mémorial édifié par ses amis russes à l'été 2002 en souvenir des 3 mois de répétitions à Baklany

mémorial édifié par ses amis russes à l'été 2002 en souvenir des 3 mois de répétitions à Baklany

Et voilà que le mémorial dédié à Cyril G. à Baklany au Baïkal devient récit, légende dans un article en russe d'août 2013 et que je reçois ce jour, 19 septembre 2013, jour de sa disparition, il y a douze ans, à Cuba;

le mémorial est déjà un point de repère pour les navigateurs grâce au mât qu'on ne voit pas sur la photo mais qu'on voit en fin de la vidéo et les touristes s'y rendent en bateau l'été quand il n'y a pas tempête

on comprend pourquoi je préfère ce lieu en pleine nature (ours côté terre, omouls côté lac et mouettes sur l'île à côté de Baklany qui m'a inspiré L'Île aux mouettes, 2012 Les Cahiers de l'Égaré) au carrefour de Jaguey-Grande à Cuba appelé triangle de la mort

c'est à Baklany qu'a été répété le dernier spectacle de Cyril (c'est possible) ça va ou l'un de nous est en trop, titre qu'il n'a jamais voulu m'expliquer mais que j'ai fini par comprendre; tout ce qui arrive c'est possible, tu ne peux agir dessus d'où la parenthèse, dire ça va, j'accepte = philosophie d'acquiescement au monde (extrême-orient); ou l'un de nous est en trop = occident, qui a toujours besoin d'un ennemi

je me suis fait traduire tout l'article et j'ai mis en français quelques bribes à partir desquelles on peut retracer l'histoire ou conter la légende ayant conduit à l'édification de ce mémorial en 2002; c'est Anatoli Baskakov, metteur en scène avec lequel Cyril a travaillé, qui a fourni les éléments permettant de corriger les légendes qui circulent autour du mémorial (qui était-ce ? comment est-il mort ? pourquoi un Français ici ?)

j'étais allé à Baklany en août 2004 avec la mouette à tête rouge et j'y suis revenu en août 2010 pour les 10 ans du séjour là de Cyril G.; ce fut le Baïkal's Bocal

je reviendrai à Baklany pour un bocal sur le thème du mémorial, d'un mémorial universel et éternel, symbolique, faisant appel à des écrivains et à un artiste architecte; ce sera en 2028 (été ou hiver) pour les 80 ans de l'épousée, les 60 ans de notre fille Katia Ponomareva, les 20 ans de notre petite-fille Rosalie-Lili-Lison Barrois, 60 + 20 = 80, ça n'arrive qu'une fois donc être de cette fête que nous allons nous faire, Cyril aura 57 ans et moi 88, ce doit être possible, c'est possible, ça va, avec un peu de sagesse, sans stress, une pierre plate et 5 à 7 rebonds sur l'eau du lac.

JCG

История одного памятника

Histoire d'un mémorial

07 августа août 2013 10:40:03

Гранитная черная плита как память об ушедшем из жизни французском режиссере Сириле Гроссе установлена прямо в скале, в труднодоступном месте Байкала, на мысе Бакланьем. С каменной плиты на вас смотрит красивый молодой человек. Подпись на памятном знаке гласит: «Сирил Гросс. Французский режиссер, друг и любимый. Здесь часть его души и наша память».

Несмотря на то, что добраться до этого места можно только вплавь, видно, что памятный знак часто посещают. В этом необычайно красивом диком уголке природы, у плиты Сирила Гросса, всегда свежие цветы, и все прибрано. Мало кто знает, кто и зачем установил этот знак. И кто такой был этот самый Сирил Гросс. За более чем 10 лет существования плиты начали складываться легенды, слухи об этом человеке. Кто-то рассказывает, что французский режиссер якобы погиб на Байкале во время работы. Другие и вовсе рассказывают небылицы, одна страшнее другой. Как выяснилось, пролить свет на эту загадочную историю может только один человек – Анатолий Баскаков. Рок, судьба, мистика, случайность - в этой истории все переплетается как в замысловатом фильме. Однако то, о чем нам поведал известный режиссер, было на самом деле.

Встреча, подготовленная судьбой (la rencontre bâtie par le destin)

-- Моя первая встреча с Сирилом Гроссом состоялась в 1998 году. Но до этого встреча наша как бы уже была подготовлена (la rencontre était prédestinée, préparée). Судьбой или роком. (par le destin ou le roc, le roc étant en russe le destin inévitable, une sorte de fatalité, le sort, c'est très fort comme sens) Потому что так получилось, что наши судьбы перекрестились задолго до нашего знакомства, – говорит Анатолий Баскаков.

Знакомство двух именитых режиссеров состоялось на престижном международном театральном фестивале во Франции в 1998 году. Но задолго до этого во Франции вышла книга известного французского писателя и журналиста, где, в том числе, немало внимания уделялось Молодежному театру. Начинающая молодая французская актриса Катя Гросс (родная сестра Сирила Гросса) решила во что бы то ни стало своими глазами увидеть уникальный театр в Сибири и приехала в Улан-Удэ. Художественный руководитель театра Анатолий Баскаков радушно принял девушку. Она посещала занятия режиссера, репетиции, принимала участие в работе над спектаклями. Понятно, что, кроме театральных занятий, девушку-иностранку нужно было провожать до дома, показывать город, помогать освоиться в незнакомом месте. Эту задачу на себя взял молодой парень Виктор, который тоже мечтал стать актером, был близким другом театра. Молодые люди полюбили друг друга, и вскоре Виктор переехал жить во Францию. Где, кстати, стал успешным актером.

В 1998 году на фестиваль «Пассаж» «Молодежку» пригласило именитое жюри, которое тщательно отбирало лучшие театры мира. К приятному удивлению Анатолия Баскакова, его театру уделили сразу четыре фестивальных дня. Среди гостей и зрителей фестиваля был и французский режиссер Сирил Гросс.

Уникальная биография (biographie unique)

Несмотря на свой возраст (27 лет) il avait 27 ans, французский режиссер уже к тому времени был известен в своей стране, имел собственную театральную компанию.

-- Мы в России понимаем под словом «театр» какое-то здание, помещение. Но в мировой театральной практике все по-другому. Театр – это не помещение, а та продукция, которую создает театр. У них это называется театральная компания. То есть группа лиц во главе с директором. Они могут находиться как в своем здании, так и арендовать помещения, гастролировать. Финансируют эти театры многочисленные специализированные фонды, - разъясняет Анатолий Баскаков.

Так вот, к тому времени театральная компания Сирила Гросса уже была сформировавшейся, известной и довольно успешной. Но еще интересней, как молодой человек пришел к своему успеху. История жизни юного режиссера поразила Анатолия Баскакова.

-- Когда Сирил еще учился в школе, он организовал свой театр. Играли в нем его друзья, ровесники (дети друзей родителей) и взрослые (друзья семьи). Уже в школе Сирил поставил несколько своих спектаклей. Завоевал детские премии за свои творческие успехи. Кто обычно создает пришкольные театры? Педагоги, актеры. А тут школьник сам его создал, сам писал сценарии, сам ставил спектакли. Так началась его большая театральная карьера, - рассказывает Баскаков.

К моменту знакомства с другим театральным лидером – Баскаковым - Сирил был уже известен во Франции, и его будущее, по мнению театральных критиков, должно было быть более чем блестящим и многообещающим.

«Это возможно» le projet (c'est possible)

Познакомившись на фестивале и подружившись, две творческие личности решили сделать что-то вместе. После дискуссий появилась идея – организовать проект, которому до этого времени не было аналога в мире. Создать зеркальный русско-французский театр.

-- Это значит, мы делаем один театр, сочетая французскую и российскую театральную культуру. Создаем французско-российскую труппу. Которая будет ставить все, что связано с авангардной Европой, и все лучшее, что впитала в себя русская классическая театральная культура. То есть мы будем работать в разных направлениях и жанрах и будем делать зеркальные спектакли. Французские и русские актеры изучают языки друг друга. Актеры смешиваются. Два худрука ставят один и тот же репертуар во Франции и в России, - объясняет Баскаков.

Идея смелая, но у окружающих она почему-то не вызвала доверия. Профессионалы, критики - словом, все высказались однозначно: «Это невозможно». (c'est impossible disaient les professionnels de faire un tel projet double, franco-russe)

-- Разный менталитет, разное понимание театров, театры различны по структурам. Красиво придумано, но это просто невозможно - так нам говорили, - вспоминает Анатолий Борисович.

Тем не менее проект решили осуществить и дали ему знаковое название «Это возможно». До Сирила Гросса и Анатолий Баскакова такими проектами не занимался никто. Поэтому подготовка осуществлялось архисерьезно. Первую, самую главную часть работы решено было делать в Бурятии.

-- Для этого его люди приехали к нам сюда на 3 месяца (pour 3 mois). Но в городе, в республике нам бы мешали. Нам нужно было уединение. Мы должны были изолироваться и жить в каком-то отчуждении от Франции и России. Мы хотели создать свою труппу. А для этого нам надо было оказаться одним целым. И мы нашли место, где нет телефонной связи, нет посторонних, где нет даже дорог. Добраться туда можно только вплавь лодками или кораблями. Это место – мыс Бакланий, стык Прибайкальского и Кабанского районов. (cet endroit c'est Baklany, à la jonction entre deux régions, Pribaïkalski et Kabanski)

Полная изоляция (isolement absolu)

Месяц два театра жили в такой изоляции. Вместе кололи дрова, (ensemble couper du bois) вместе добывали, (ensemble chercher les provisions) гото вили еду (préparer à manger). Не было гостей или начальников. Все равны. (tous égaux) Дежурства, (tour de garde et responsable du camp, un par jour) холод, зной, дожди - все делилось поровну между французами и русскими актерами, работниками двух театров.

-- Цель была – полное единение коллектива (un seul but, la constitution d'une seule troupe). Понятно, что у каждого свои пристрастия, свой норов. Нам нужно было не просто сказать, что мы вместе, а на самом деле быть вместе. Не формально, через силу, а просто подружиться. Если надо – поругаться, потом помириться. Надо было просто жить. И делать проект.

Параллельно с притиркой людей друг к другу постоянно шли репетиции. Баскаков выбрал для постановки «Женитьбу» Гоголя.

-- А Сирил решил поставить произведение своего сочинения под названием «Все хорошо, но среди нас один лишний» (Tout va bien mais l'un de nous est en trop). Страшное название, (un titre terrible qui a eu un impact dans le réel) в конце концов воплотившееся в жизнь, - замечает Анатолий Баскаков.

В результате колоссальной работы двух театров родилось два спектакля. Состоялась премьера в Улан-Удэ, потом в Москве в Центральном доме актера. Затем во Франции. Первый в своем роде уникальный международный театральный проект наделал много шума. Во Франции впервые заговорили о Бурятии, узнавали, что такое Сибирь, Молодежный театр. Было решено, что спустя какое-то время проект будет иметь свое продолжение.

Кубинский «КамАЗ» Kamaz cubain (le camion cubain était un camion russe Kamaz)

Параллельно так случилось, что дочь Анатолия Баскакова Даша и Сирил Гросс решили создать семью. Красивая любовная история переросла в конкретные планы. Уже было куплено жилье во Франции. Назначена дата свадьбы. Во Франции событие должно было состояться осенью, в России, по желанию, Сирила – ближе к зиме. Он очень хотел увидеть настоящую русскую зиму, снег. (il voulait vivre un vrai hiver russe) Но этим планам не суждено было сбыться. (mais ces plans n'ont pas eu le temps de se réaliser)

Перед тем как поставить еще один свой новый спектакль, Сирил Гросс решил поработать вдали от всех. И вместе со своим дядей, художником, они выбрали для творческого уединения Кубу. На фоне красивой природы, вдали от всех, художник должен был рисовать картины, а Сирил – писать пьесу.

Время было распределено по дням и часам. После Кубы Сирил должен был встретиться со своей любимой в аэропорту Парижа. Затем, сразу после премьеры спектакля, должна была начаться подготовка к свадьбе. Но за день до своего отъезда из Кубы Сирил с дядей решили полюбоваться дикой природой Кубы и поехали в глубинку страны. Для путешествия был арендован автомобиль. Никто не знает, как и почему это случилось. Но спустя пару часов автомобиль был обнаружен искореженным и буквально смятым в лепешку. Водитель грузового «КамАЗа» рыдал и уверял, (le conducteur du camion pleurait, disait que ce n'était pas sa faute) что не виноват в случившемся. В машине, которой управлял Сирил, не выжил никто. Он сам, его дядя и двое попутчиков–миссионеров погибли на месте аварии мгновенно.

Знак памяти (le signe de mémoire)

Сирилу не было и 31 года. (Cyril allait sur ses 31 ans) Тем более удивительно, как много всего успел сделать за такой короткий срок этот необычный человек. Издано несколько его книг. Проделана колоссальная работа. Создан уникальный международный театр. А еще за это время он успел сродниться с Россией и нашей республикой. Где осталась частичка его души. (où est restée une partie de son âme) В память о нем (en sa mémoire) Анатолий Баскаков и друзья Сирила и установили памятный знак. Именно на том месте, где когда-то он жил, творил, любил. (à l'endroit même où il a vécu, jadis, créé, aimé)

-- Похоронен он далеко во Франции, на именном кладбище в Пиренеях. Там тишина, слышно только пение птиц – райское место. Но так как не все люди из России могут туда попасть, а любили его и знали в нашей стране многие, мы решили соорудить этот памятный знак. Чтобы в России осталась о нем память, - заключает Анатолий Баскаков.

Василиса Шишкина, «Номер один».

Vassilissa Shishkina journal N°1

Lire la suite

Visite à Marcel Conche

11 Juin 2017 , Rédigé par grossel Publié dans #J.C.G.

le monastère de Brou, le lac Genin, lieu de la légende de la Vouivre
le monastère de Brou, le lac Genin, lieu de la légende de la Vouivre
le monastère de Brou, le lac Genin, lieu de la légende de la Vouivre
le monastère de Brou, le lac Genin, lieu de la légende de la Vouivre
le monastère de Brou, le lac Genin, lieu de la légende de la Vouivre
le monastère de Brou, le lac Genin, lieu de la légende de la Vouivre

le monastère de Brou, le lac Genin, lieu de la légende de la Vouivre

du 6 au 9 juin 2017, visite à Marcel Conche (95 ans passés) avec François Carrassan;

le 6, bouchons et ralentissements grâce aux Pentecôtistes qui rentrent après un jour de plus pour éviter les bouchons; merci !

nous passons 2 H en fin d'après-midi avec Marcel (nous sommes à Treffort) qui continue à réfléchir et à écrire sur des questions qui l'interpellent (quelles traces son éducation chrétienne a-t-elle laissé dans son oeuvre? la morale?);

le 7 au matin, visite du monastère de Brou, deux bonnes heures, je m'attarde devant le retable de Marie appelé les 7 joies de Marie (le 1° juillet, je leur fais le coup des 7 joies de Madeleine aux écrivents de l'été du Léthé à La Coquette), je médite devant le crâne d'une cellule de moine:

cher Hamlet, tes questions to be or not to be ne sont pas mes questions, je ne suis qu'éloise dans la nuit éternelle comme dit Montaigne et ne mérite pas le nom d'être, tout apparaît pour disparaître selon la métaphysique de l'apparence absolue de Marcel, ta conception de la non-séparation entre dormir, rêver, mourir peut-être, je ne la pratique pas, mais il est vrai que depuis peu, je suis sensible à l'unité corps-esprit, à l'intelligence sous les automatismes et l'inconscient, à la permanence sous l'impermanence, à l'éternité sous le temps qui passe (je vais t'écrire plus longuement);

à la librairie, je tombe sur Hildegarde de Bingen et sa petite pharmacie domestique, un ensemble incroyable de remèdes naturels (ils auront droit à regarder les recettes le 1° juillet pour se guérir de leurs mots émaux);

à midi, repas en famille, longs échanges avec le petit-fils, je n'ai pas le réflexe de ramener Marcel au centre des échanges, il est un peu mis de côté, malaise; notre hôtesse est chaleureuse, elle a accueilli un couple de réfugiés kosovar, sans papiers, accueil un peu difficile jusqu'à ce que la maire du village les reçoive officiellement;

le soir, nous optons pour l'auberge bressane, face au porche de l'église du monastère de Brou, au soleil couchant; préparatif des soirées son et lumière, nous avons droit à des musiques sacrées et profanes, le service est impeccable, un peu surréaliste avec le maître d'hôtel, Jérôme, un tentateur des plaisirs de bouche, repas sublime avec des plats de grande classe et mignardises diverses accompagnés de Manicle, servi dans des verres armoirés AB, je déguste avec et pour AB1, AB2, une improbable AB3, jeux de quel inconscient ? nous avons choisi le menu du marché dit le jardin du pêcheur, je vais féliciter le chef Jean-Pierre Vullin, la chef pâtissière Ginette, je demande à Jérôme si je peux avoir un défilé de 3 calèches en 3D avec la comtesse qui dîne à côté de nous, ce sera pour la prochaine fois, répond-il, le prévenir 48 H avant;

le 8, direction le lac Genin sur demande expresse de Marcel, il y a amené Émilie, Pilar Sanchez, Catherine; promenade dans les herbes fleuries,

je m'essaie à dire, trébuche, je connais si peu les noms, je me contente de voir, savourer la biodiversité, je suis dans le vent et sous le vent, je n'ai pas mon portable, je ne l'emporte jamais et ne peux donc utiliser l'application permettant de reconnaître les plantes; je vais la chanter la biodiversité ne sachant distinguer bleuets, luzerne, trèfle, pâquerettes...;

au retour, nous passons 2 H 1/2 avec Marcel, le petit-fils est là; à un moment Marcel me demande: quand tu décides quelque chose, est-ce que tu sais ce que tu fais, courte réflexion, il me semble que non mais j'assume les effets pervers s'il y en a, eh bien je crois que quand j'ai décidé de partir en Corse, je ne savais pas ce que je faisais; tout le reste du temps a porté sur l'épisode Émilie, qu'est-ce qui l'avait fasciné chez elle, il le sait, le dit, le petit-fils conteste,

(le livre Le Silence d'Émilie édité aux Cahiers de l'Égaré, sorti en 2010, a obtenu le prix Jean-Jacques Rousseau, épuisé);

passionnantes nos interrogations permanentes sur nos amours qui restent toujours et pour toujours mystérieuses donc vivantes ?

passage au caveau du Revermont, caverne d'alcoolibabacool, achat de deux bouteilles de Bugey, un blanc, le spleen de Pauline qui sera là le 1° juillet, un rouge, l'ode à Madeleine, au centre de nos écritures ce jour-là, passage à la fromagerie de Treffort, inscrite sur la route du Comté, quelques chèvres, du comté, du bleu de Bresse;

le 9, retour sans problème de ralentissement; heureux de retrouver la maison, la chatte, les âmes et leurs ombres lumineuses; photos François Carrassan

Lire la suite

La vie-la poésie / JC Grosse

1 Juin 2017 , Rédigé par grossel Publié dans #J.C.G.

des effets d'un champ de coquelicots au plus intime, au plus infime, la poésie y accède-t-elle ?/Emily Dickinson, une vie en poésie
des effets d'un champ de coquelicots au plus intime, au plus infime, la poésie y accède-t-elle ?/Emily Dickinson, une vie en poésie

des effets d'un champ de coquelicots au plus intime, au plus infime, la poésie y accède-t-elle ?/Emily Dickinson, une vie en poésie

j'ai accueilli chez moi, villa joie, ce dernier week-end, une poète lyonnaise d'origine marocaine, week-end de travail sur son travail en cours; elle m'a lu à voix haute son recueil encore inédit Ballet du temps (j'ai édité son 1° recueil: Roses des sables, préfacé par Jean-Yves Debreuille, un spécialiste de la poésie contemporaine, 2 tirages quand même) et deux introductions, celle pour son essai d'Habiter poétiquement le monde, celle de son Chemin de vie; mes retours ont été chaleureux car la démarche est particulièrement personnelle, authentique, sans concessions, j'étais en présence d'une Emily Dickinson d'aujourd'hui; disons que j'ai eu l'impression très forte d'avoir affaire à une écriture-vie, à une vie-écriture, j'ai pensé au titre du livre de Jorge Semprun: l'écriture ou la vie, non, ne pas séparer comme ce titre mais lier mots et choses en interactions particulièrement subtiles, imperceptibles; on ignore l'impact profond d'un mot sur l'autre comme sur soi pris comme esprit-corps, on ignore l'impact profond d'une chose du monde sur soi  et sur l'autre pris comme corps-esprit;

nos outils de perception sont les sens, mais il est évident que les illusions sensorielles sont nombreuses, qu'on croit réel ce qui souvent ne l'est pas; il en est de même des sentiments; dire je t'aime à quelqu'un, le plus vivant des poèmes, est peut-être un délire, né d'un désir, d'où ce titre ambigu Parole dé-s/l-irante, s/l = est-ce elle ? tout désir n'est-il pas délire, toute parole délirante n'est-elle pas parole désirante ? la confusion par projection ou tout autre processus est au rendez-vous; il faut donc une grande prudence là où l'exaltation nous saisit; ce je t'aime dont je me dois de douter, une fois dit, chemine en l'autre vers un coeur qui bat la chamade, un esprit qui s'emballe, dans un corps qui s'émeut, au plus profond, le message pensé et émis, une fois reçu par l'autre devient milliers de messages chimiques, hormonaux, moléculaires, quantiques dont j'ignore la réalité et les effets, seule la personne réceptrice perçoit quelques effets, coeur qui bat plus vite, rêves érotiques, organes sexuels en émoi, appétit moindre...; n'est-il pas clair que prendre conscience de cette complexité peut nous inciter à plus de responsabilité, à accepter d'être responsable d'effets imprévus, secondaires, tertiaires et pervers; je peux même en arriver à bouger le moins possible pour déranger le moins possible l'ordre des choses car en fin de compte, on est toujours dérangeant, semeur de désordre; vivre en poète c'est déranger le moins possible et prendre son temps, vivre en poète c'est vivre sobrement, c'est réduire sa surface, son empreinte, c'est ne pas vouloir embrasser l'infini, c'est ne pas vouloir être éternel, c'est voir un monde dans un grain de sable, un ciel dans une fleur sauvage, tenir l'infini dans la paume de la main et l'éternité dans une seconde comme le dit William Blake dans Augures d'innocence, le plus fort programme que je connaisse

j'ai bien raison de prendre mon temps, j'ai tout le temps qui m'est compté (à condition de ne pas le décompter, c'est ainsi qu'il compte, qu'il est vivifiant) pour insuffler la vie à quelques mots pouvant toucher quelques belles personnes. Je laisserai 10 poèmes intitulés Caresses. Caresses 1 et Caresses 2 existent déjà. Les autres Caresses sont à venir, le moment venu, un moment inattendu. Il y aura aussi les 12 Paroles dé-s/l-irantes. Parues dans La Parole éprouvée, le 14 février 2000.

–1–

Elle s’approche de toi

si près

Va-t-elle l’effleurer

Marine elle esquive

entre elle et toi

Contacts d’algues pour bonheurs d’épures

–2–

Elle est assise à côté de toi

tout près

Il tourne la tête vers elle

Son regard sur toi
des audaces au bord des yeux

L’aube d’après l’insomnie

verra-t-elle des effleurements de doigts

–5–

Il est un endroit de toi
le cruel espace à caresses où errer sans fin ni repos

jusqu’à l’oasis fertile accrochée à hauteur des cuisses

que tu m’as fait découvrir et aimer autrement

C’est quand tu m’en as parlé
parce que tu le sentais bien
et j’ai découvert ton vrai ventre
pas celui que je croyais promis aux caresses infinies

aux repos d’après l’amour
non !
celui qui devenait lieu d’accueil de la mer !
Ah ! ce ventre de fosse marine
pour ponte d’orphies oniriques
ce ventre d’aquarium océanique
pour éclosion de sirènes sibyllines
surtout ne le perds pas !
que si un jour je le caresse
que si un jour j’y repose ma tête
je puisse prendre ce bain de ventre
que tu m’as fait désirer !
Ton ventre réel
ce n’est plus seulement l’espace blanc sous nombril

où je veux m’initier à la patience nomade
c’est ce ventre-mer
où tu veux m’immerger jusqu’à enfantement

si j'inverse, soit non une pensée d'amour adressée à l'autre mais la vue d'un champ de coquelicots du côté de Lourmarin; ça fait longtemps que je n'ai vu autant de profusion de rouge, de rouge vivant, se balançant dans le vent léger, un vent solaire, autant de rouge habité par la lumière, je prends des photos, je filme pour prolonger mon émotion, mon plaisir; ces coquelicots sont impossibles à cueillir, se refusent au bouquet, trop fragiles; ces coquelicots qui m'éblouissent se resèment d'eux-mêmes, je ne peux les semer, ils refusent la domestication; ces coquelicots fragiles résistent aux grands vents du midi; je perçois, ils me touchent au profond par leur beauté éphémère, impermanence et présence, insignifiance et don gratuit sans conscience du don (quoique sait-on cela ?) et ils me font penser, leur vie me vivifie, m'embellit, je me mets à chanter une rengaine venue d'un vieux souvenir, un petit bal perdu, je m'allonge, me livre au soleil, caresses qui font du bien, pas trop longtemps, messages héliotropiques envoyés aux niveaux les plus infimes, les plus intimes en toute inconscience même les yeux fermés et en méditation visualisante

voilà deux brèves tentatives de mise en mots pour conscientiser (c'est notre privilège) ce que nous éprouvons, pour vivre à la fois plus pleinement (c'est autre chose que l'aptitude au bonheur, au carpe diem, non négligeable) de plus en plus en pleine conscience (et là je m'aventure, si tout ce qui vit est échange, circulation, énergie, information, tout ce qui vit est peut-être aussi conscience ou dit autrement, une conscience, la Conscience est à l'oeuvre dans tout ce qui se manifeste, elle serait l'unité de et dans la diversité, elle serait la permanence sous l'impermanence; ne pas se laisser duper par le côté automatique, bien régulé de notre corps-esprit ou des systèmes univers, multivers avec leurs constantes universelles jusqu'à dérèglements et entropie croissante remettant les pendules à l'heure (j'ai découvert un livre au titre révélateur : La "Conscience-Énergie", structure de l'homme et de l'univers, du Docteur Thérèse Brosse, paru en 1978 à Sisteron, ça semble du solide !); évidemment, sur ce chemin, je me laisse accompagner par Deepak Chopra qui réussit à articuler approche scientifique et approche ayurvédique

puisque j'ai cité Emily Dickinson, voici mon retour sur "son" film : Le film de Terence Davies sur la vie et les poèmes d'Émily Dickinson est bouleversant et puissant, dialogues au scalpel, profonds, drôles, d'un niveau impossible à rencontrer aujourd'hui car on s'y soucie de l'essentiel, de l'âme, de la Vie, de la Mort, les femmes étant d'ailleurs plus douées que les hommes dans leur perception de la vérité, de la beauté. Emily qui ne quitte pas son milieu familial réussit malgré les pressions à dire NON à un certain nombre de situations, d'obligations. Elle a pour boussole, l'indépendance de son âme (un mot oublié aujourd'hui) et pour moteur, une capacité de sublimation exceptionnelle (ça aussi on ne sait pas ce que c'est aujourd'hui). Cela donne des poèmes dont on sent qu'ils sont éprouvés, vécus, pensés, au moment où elle écrit, la nuit, grâce à l'autorisation du père. Dans un univers corseté, Emily, sa soeur, l'amie enseignante réussissent à être libres, indépendantes, dans le respect de certaines conventions, le refus d'autres, grâce à leur indépendance d'esprit et pour Emily grâce à l'usage créatif de la langue (sa ponctuation, le – en particulier, comme chez Marina Tsvetaeva, nous permet de voir une poésie en fabrication, en tricotage). Silences, dialogues, lenteur des mouvements, scènes appuyées de souffrance ou de mort. Des moments sublimes en musique, rares donc ressentis. La sublimation n'empêche pas les frustrations, les colères, les comportements "intransigeants", les attentes de reconnaissance. Sa soeur lui dira: nous sommes humains, vas-tu nous en vouloir pour ça ? 
Chère Emily, je vous ai reçue comme une mystique, inventant sa "religion", sa façon de communier avec vous et le monde, avec l'après-mort, avec le temps qui passe et l'éternité-immortalité de ce qui est souffle, Vie, âme. Pas de recherche du bonheur ou du plaisir, si faciles et qu'on trouve nous, si difficiles; donc, on se coache avec des techniques du bonheur. Vous n'étiez pas dans la norme, hier, vous l'êtes encore moins, aujourd'hui. Vous nous montrez, non qu'on peut s'épanouir, bien petit mot, mais s'élever, être corps-esprit-âme et je vous vois, je vous vis comme pratiquant cette ascension pour femme extrême (homme extrême aussi mais plus rare) en deux temps, le temps du jour, temps d'acceptation et parfois de refus (d'assister à une messe, d'être agréable avec un jeune séducteur), temps d'observation, de positionnement (vivre comme vous le faites est une négociation permanente entre soumission et intransigeance) et le temps de la nuit, temps de l'écriture, temps de la mise à distance, de la mise en existence, de la mise en essence. Et par ce travail inspiré et réflexif (car vous avez un sens extraordinaire de la répartie fulgurante qui foudroie ou exalte), vous atteignez à un partage qui touchera qui peut être touché. Moi, en plein coeur.

3 poèmes d’Emily qui ne sont pas dans le film

On apprend l'eau - par la soif
La terre - par les mers qu'on passe
L'exaltation - par l'angoisse -
La paix - en comptant ses batailles -
L'amour - par une image qu'on garde
Et les oiseaux - par la neige
----------------------------------------------------------
J’étais morte pour la Beauté – mais à peine
M’avait-on couchée dans la Tombe
Qu’un Autre – mort pour la Vérité
Etait déposé dans la Chambre d’à côté –

Tout bas il m’a demandé « Pourquoi es-tu morte ? »
« Pour la Beauté », ai-je répliqué 
« Et moi – pour la Vérité – C’est Pareil –
Nous sommes frère et sœur », a-t-Il ajouté –

Alors, comme Parents qui se retrouvent la Nuit –
Nous avons bavardé d’une Chambre à l’autre –
Puis la Mousse a gagné nos lèvres –
Et recouvert – nos noms –
---------------------------------------------------
Je me dis : la Terre est brève –
L’Angoisse – absolue –
Nombreux les meurtris,
Et puis après ?

Je me dis : on pourrait mourir –
La Meilleure Vitalité
Ne peut surpasser la Pourriture,
Et puis après ?

Je me dis qu’au Ciel, d’une façon
Il y aura compensation –
Don, d’une nouvelle équation –
Et puis après ?

titres à lire : La poésie sauvera le monde de Jean-Pierre Siméon, Anthologie manifeste de Frédéric Brun, Dans le jardin obscur (libre conversation sur la poésie) de Alain Duault et Monique Labidoire

il est évident après un tel article que je vais tenter de faire vivre la poésie au Revest, investir les gradins du jardin municipal, la scène de la Tour, certaines placettes du village, faire cela une fois par trimestre avec une BIP (brigade d'intervention poétique)

3 titres pour habiter poétiquement le monde, pour vivre en poésie avec soi, les autres et le monde
3 titres pour habiter poétiquement le monde, pour vivre en poésie avec soi, les autres et le monde
3 titres pour habiter poétiquement le monde, pour vivre en poésie avec soi, les autres et le monde

3 titres pour habiter poétiquement le monde, pour vivre en poésie avec soi, les autres et le monde

Lire la suite