Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les agoras d'ailleurs

Le livre de mes rêves / Federico Fellini

4 Janvier 2014 , Rédigé par grossel Publié dans #note de lecture

Le livre de mes rêves

Federico Fellini

Flammarion 2010

Voilà un livre rare, exceptionnel même puisque après bien des péripéties liées aux querelles entre héritiers et héritiers d'héritiers, les deux volumes du Livre de mes rêves (le 1° de 245 pages couvre la période 30 novembre 1960 - 2 août 1968, le 2° de 154 pages, la période février 1973 - octobre 1982, plus des pages éparses jusqu'en 1990 ; un 3° volume mystérieux apparaîtra peut-être un jour) ont pu être proposés au plus large public.

Il a fallu beaucoup de temps, de patience, de diplomatie, de soutiens politiques, d'aventures juridiques, de moyens financiers publics pour que la Fondation Federico Fellini récupère, acquière l'oeuvre prolifique d'un des maîtres de l'onirisme.

La préface de Vittorio Boarini raconte sans langue de bois, les péripéties de l'acquisition en 2006, soit 13 ans après la disparition de Federico Fellini, le 31 octobre 1993 et celle de Giulietta Masina, le 23 mars 1994. Plutôt comique en même temps que sordide et absurde, kafkaïen au possible à cause de la clause exigeant la présence physique au moment de la vente de l'oeuvre de tous les héritiers, l'inextricable alinéa 22. Dès 2007, une première édition révélait le foisonnement onirique du cinéaste de l'onirisme.

2010 est l'année de l'édition brochée que papa Noël m'a mise sous le sapin fin 2013 pour 23,75 euros. C'est donné pour un livre au format 28,4 x 20,3 x 4,8 cm, de 583 pages, dont un nombre impressionnant de planches en couleurs, les planches des rêves diurnes et nocturnes, des images hypnagogiques de Fellini.

La présentation de l'oeuvre par Tullio Kezich est d'une grande pertinence. En 8 pages denses, Tullio nous donne les circonstances (Fellini suit une analyse, d'abord freudienne, ensuite jungienne), la durée (30 ans de travail nocturne, de pratique de notation graphique de ce qui est engendré dans le royaume des rêves où tout est possible), les allers-retours rêves-films, le monde des rêves étant plus osé que celui des films dépendant en partie des producteurs donc de contraintes financières et commerciales. Il nous ouvre aussi quelques pistes d'interprétation car le monde des rêves se prête aux interprétations. Et ce depuis la plus ancienne histoire de l'humanité.

Évidemment, les planches illustrées des rêves sont en italien. On en trouve la traduction en fin de livre avec un ensemble de notes pour éclairer le lecteur. Caractères vraiment petits.


Quel usage faire de ce livre ? À chacun son usage. Pour ma part, c'est de manière très arbitraire que je vais circumnaviguer dans cet univers, en fonction de mes intérêts ou désirs du moment, feuilleter donc avec gourmandise avant de re-regarder Huit et demi par exemple, moins pour approfondir les univers onirique et filmique de Fellini que pour aller à la rencontre de quelques-uns de mes rêves. Car depuis quelque temps, je me vois (plutôt bien) rêver sans m'obliger à la collecte de ces rêves, postulant que ce travail nocturne souvent en lien immédiat avec un film vu, a à vivre sa vie, sans que j'essaie de mettre la main dessus, postulant aussi que cette volonté de non-saisir le royaume où tout est possible laisse le dit-royaume irriguer à sa façon mes désirs et mes dispositions.

En tout cas, je vais en conseiller l'usage immodéré aux auteurs qui vont travailler tout 2014 sur le projet pluriel que j'ai lancé le 2 janvier à 23 H 59, heure de Moscou :

Cervantes - Shakespeare, hasardantes coïncidences.

J'en profite pour signaler la parution récente des Dessins d'occasion de Jean-Claude Carrière. J'avais vu un documentaire où Carrière feuilletait ses cahiers de dessins. Ça m'avait paru fascinant. On peut en profiter un peu, 500 dessins, mais ce n'est pas comparable à Fellini. L'usage me semble beaucoup plus limité.

Sans oublier, (ce n'est pas sans rapports monde des rêves et monde des contes) Le Grand livre des contes et Le livre des fées, des elfes et des lutins de Françoise Morvan avec des illustrations d'Arthur Rackham. J'avais été convaincu de l'intérêt de cette édition après avoir lu son article De la chasse aux sorcières à la chasse aux trésors

Jean-Claude Grosse

Le livre de mes rêves / Federico Fellini
Le livre de mes rêves / Federico Fellini

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article